top of page

ACCOMPAGNEMENT DOULEUR




Notre système nerveux se divise en deux entités interconnectées. Le système conscient, par le biais de nos 5 sens, nous permet de recevoir des informations de notre environnement extérieur et de nous adapter grâce à la motricité. Le système nerveux autonome, indépendant de notre volonté, se subdivise en système sympathique et parasympathique. En équilibre comme une balance, il assure l'homéostasie, garantissant ainsi l'équilibre du milieu intérieur.


Le système nerveux sympathique, souvent appelé système d'alerte, orchestre diverses activités physiologiques liées aux efforts et aux situations stressantes, comme l'anxiété et la douleur. Associé à la noradrénaline et à l'adrénaline, il régule les battements cardiaques, la sudation, la tension artérielle et les sécrétions hormonales glandulaires. Son organisation est intimement liée aux centres supérieurs du système nerveux central, influençant les phénomènes émotionnels et la mémorisation.





En contrepoint, le système nerveux parasympathique joue un rôle protecteur. Il ralentit le cœur, diminue la tension et la fréquence respiratoire, préservant ainsi l'énergie. Associé à l'acétylcholine, il favorise la digestion. Dans notre mode de vie occidental, le recours au système sympathique est fréquent.




Un déséquilibre de ce système, par exemple lors d'un traumatisme, d'un état de stress persistant, ou de douleurs prolongées, déclenche une cascade de réactions, organisant des mécanismes de défense et d'adaptation immédiats. Ces réactions sont étroitement liées à la mémorisation des expériences et aux réactions émotionnelles. Bien que le système nerveux sympathique soit essentiel à l'équilibre intérieur, il devient moins "sympathique" lorsqu'il dysfonctionne, persistant dans son action. Cela peut entraîner des symptômes fonctionnels tels que la douleur ou d'autres troubles, sans qu'aucune anomalie organique ne soit présente. On qualifie alors ces manifestations de troubles psychosomatiques.


Pendant les séances de sophrologie et hypnose, le système nerveux autonome entre en action, libérant un cocktail d'hormones euphorisantes telles que les endorphines, la sérotonine et la dopamine. Ces substances jouent un rôle crucial dans l'apaisement des douleurs. Le rythme cérébral des exercices de sophrologie pendant la séance stimule la créativité, conduisant à une meilleure acceptation du corps et à un état de bien-être accru.




Les séances offrent une véritable réinitialisation de la mémoire, éliminant les souvenirs douloureux. Les émotions positives engendrées lors de ces séances agissent comme un rempart contre le cercle vicieux de la douleur, contribuant à maintenir la souffrance à distance.

Une fois initiée au cours de plusieurs séances, la personne peut mettre en pratique ces techniques de manière autonome. Cette autonomie lui permet d'agir activement sur la gestion de la douleur, réduisant ainsi le ressenti douloureux et restaurant la confiance en ses propres capacités.


La sophrologie favorise la reprogrammation du cerveau et entraînant une réduction significative de la douleur. En facilitant une meilleure tolérance à la douleur, elle ouvre la voie au rétablissement du bien-être émotionnel.




5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page